FESTIVAL DE FILMS ALIMENTERRE

PROJECTION-DÉBATS / ATÉLIERS

12.10.17 – 15.10.17

 

Le Festival AlimenTerre dévoile sa programmation d’octobre 2017 !

Pour sa 9e édition, le Festival de films AlimenTERRE, organisé par SOS Faim va, une nouvelle fois, mettre les petits plats dans les grands pour interroger notre alimentation et les enjeux agricoles. À Bruxelles, au Cinéma Galéries, du 12 au 15 octobre, AlimenTERRE vous propose de réfléchir et d’agir pour un système agroalimentaire plus juste et durable en s’appuyant sur 7 documentaires inédits ou méconnus. Climat, permaculture, pesticides, semences… les sujets tabous seront mis sur la table avec des débats, des ateliers et des rencontres.

Venez découvrir l’histoire du combat pour des semences traditionnelles contre les semences brevetées de Monsanto ; Les aventures de producteurs agroécologiques au Sénégal ; L’histoire des crédits carbone accordés aux multinationales qui étouffent les populations d’Amazonie ; Le scandale de l’accaparement des terres éthiopiennes.

Tous ces histoires ainsi que d’autres aussi intéressantes seront au coeur du Festival AlimenTerre Belgique, organisé pour la 9ème année consécutive par l’ONG SOS Faim.

 

Découvrez la programmation des projections au Cinéma Galeries en détail:

SEED : THE UNTOLD HISTORY / Taggart Siegel et Jon Betz / 2016 / 91’/ USA / VOSTFR
Peu de choses sur terre sont aussi miraculeuses et vitales que les graines. Cependant, au cours du XXe siècle, 94% des variétés de ces semences qui existaient depuis l’aube de l’humanité ont disparu. Alors que les compagnies biotechnologiques ont totalement privatisé le secteur, des fermiers, des scientifiques, des avocats et des indigènes mènent un combat acharné pour défendre 12 000 années d’héritage alimentaire.

LES OUBLIÉS DE L’AMAZONIE / Marie-Martine Buckens / 2017 / 52′ / BELGIQUE / FR
Au Brésil, au nom de la lutte contre le changement climatique, des milliers d’habitants de l’Amazonie renoncent à leur agriculture ancestrale en échange de quelques euros proposés par des multinationales qui exploitent leur pauvreté et utilisent leur droit de polluer. On appelle cela le Greenwashing : se servir des instruments de la Convention Climat pour continuer à polluer impunément. Une pratique dont se rendent complices de plus en plus de grandes ONG environnementales.

LES ÂNES MORTS NE CRAIGNENT PAS LE HYÈNES (DEAD DONKEYS FEAR NO HYENAS) / Joakim Demmer / 2017  / 80′ / USA / EN
L’Ethiopie est une des zones agricoles les plus productives et rentables au monde. Avec le consentement de l’UE ou de la Banque mondiale, le gouvernement éthiopien loue à des investisseurs étrangers des millions d’hectares de terres prétendument non utilisées. Les productions sont exportées loin d’Afrique alors qu’en parallèle des centaines de tonnes d’aide alimentaire arrivent au pays par avion. Mais il y a là plus qu’une aberrante incohérence : le pays connaît depuis plusieurs années les expulsions forcées les plus massives de l’histoire moderne, la perte de moyens de subsistance des petits agriculteurs, la répression sévère des protestations. Oui, le désespoir pousse les victimes à se mobiliser car, « les ânes morts ne craignent pas les Hyènes ».

LE CERCLE DU POISON (CIRCLE OF POISON) / Shannon Post et Evan Mascagni / 2016 / 71′ / USA / EN
Alors que plusieurs pesticides ont été interdits aux États-Unis pour leurs effets dangereux sur la santé et l’environnement, les entreprises sont toujours autorisées à les fabriquer pour l’exportation. Cette politique envoie un message au monde : les vies américaines sont plus précieuses que les autres. Mais c’est sans compter sur l’ironique retour de flammes : puisque ces produits volatiles toxiques circulent dans le monde entier, à un moment donné, ils retournent indéniablement aux États-Unis, dans les aliments importés, via le fameux « cercle du poison ».

MERCI POUR LA PLUIE (THANK YOU FOR THE RAIN) / Julia Dahr et Kisilu Musya / 2017 / 85′ / NORWAY / EN
Il y a cinq ans, le fermier kenyan Kisilu Musya a commencé à filmer sa famille, son village, les inondations, les sécheresses et les orages à proximité. En fait, au fur et à mesure, c’est l’impact du changement climatique ainsi que son coût humain qu’il documente. Lorsque la maison de Kisilu est détruite par une tempête, le cinéaste autodidacte décide de lancer un mouvement d’agriculteurs solidaires et appelle à l’action. La lutte de Kisilu prend de l’ampleur entre Oslo et Paris où il va se confronter à l’inertie, la bureaucratie et l’arrogance. « Merci pour la pluie » est un conte inspirant et captivant d’un optimiste infatigable, qui teste les limites de la lutte pour un monde plus vert.

VIVRE DIGNEMENT DE SA TERRE / Christophe Leroix et Karfa Diallo / 2015 / 37′ / FRANCE / FR
Au Sénégal, vivre dignement de sa terre redevient possible grâce à la naissance d’un circuit court de commercialisation de produits sains et durables.Un projet de coopérative de paysans nous donnent à voir l’application concrète d’une filière d’agroécologie respectueuse de l’environnement et des travailleurs. Pour répondre aux difficultés qui touchent aujourd’hui l’agriculture familiale en Afrique, mais donner aussi un exemple universel.

L’ÉVEIL DE LA PERMACULTURE / Adrien Bellay 2017 / 83′ / FRANCE / FR
La permaculture laisse entrevoir une lueur d’espoir avec ses solutions écologiquement soutenables, économiquement viables et socialement équitables. Accessible à tous, elle peut être mise en oeuvre partout… Aujourd’hui, des hommes et des femmes se rencontrent et expérimentent cette alternative crédible. La transition “permacole” est en marche !

 

 

 

 

Informations pratiques

FESTIVAL DE FILMS ALIMENTERRE

DATE | 12.10.17 – 15.10.17

FESTIVAL | 8,50 euros / 6,50 euros / UGC Unlimited