Galeries is Still Standing for Culture

Are you just passing by Cinema Galeries ?

Projection, Actions Files d’attente, et chaussures samedi 20 février.

Si ce samedi vous êtes à Bruxelles et que vous passez en promenade par la Galerie de la Reine, vous passerez devant un cinéma clos depuis 118 jours. Vous passerez devant un cinéma existant depuis 29 636 jours. En 29 636 jours, combien de spectateurs ont ri, pleuré, pensé, communié, échangé devant combien de films, fait par combien d’auteurs, techniciens, joués par combien de comédiens, sélectionné par combien de programmateurs, distributeurs, projeté par combien de projectionnistes ?..

La salle de cinéma, c’est le lieu où se tisse le lien entre nous tous depuis 29 636 jours et plus encore. Ces derniers 118 jours mettent le lien à l’épreuve, il ne faut alors pas le laisser tomber dans l’oubli.

Si ce samedi vous êtes à Bruxelles et que vous passez en promenade par la Galerie de la Reine et que la salle de cinéma vous lie à quelque chose, nous vous proposons de vous arrêter quelques instants devant le Cinema Galeries pour nous voir, pour voir un peu de cinéma que nous projetterons devant nos portes, pour lire un peu de nos nouvelles…

Et si c’est l’idée de nous voir qui vous encourage à passer en promenade Galerie de la Reine ce samedi, nous vous invitons à amener avec vous une paire de chaussures et de la placer devant le cinéma, comme pour dire que le lien ne se rompt pas même si la salle de cinéma est close depuis 118 jours. Les chaussures non récupérées par vos soins seront données à une association qui en fera don à une personne dans le besoin.

Action file d’attente de 14:00 à 14:45.
Projections à partir de 16:00.
Action “Choose for culture” toute la journée > www.choose-for-culture.jimdosite.com

*** Mise à jour 22 février 2021.

Partout où la société continue à fonctionner malgré les restrictions sévères de la liberté, nous ferons de la culture ! En solidarité avec toutes les personnes et tous les secteurs touchés par l’épidémie et/ou par la réaction politique à celle-ci. Pour plaider en faveur d’une gestion face à l’épidémie Covid qui tienne davantage compte des risques sociaux, psychosociaux et économiques, des droits et des libertés. Nous sommes toujours debout (We are still standing) !

C’est ainsi que nous avons célébré, le 20 février dernier, la Journée mondiale de la justice sociale. Pour rappeler que ce sont les plus vulnérables qui souffrent le plus dans cette crise. Parce que cette journée a plus de sens que jamais.

“Le secteur culturel ne peut plus se contenter d’entendre que la situation sanitaire permet de reprendre progressivement ses activités. Car cela serait admettre que dans quelques semaines ou quelques mois, la situation sanitaire ne le permettra plus… alors qu’elle permettra toujours aux grandes surfaces de tourner. C’est à un changement de logique que nous appelons.
 
La mise sous cloche de pans entiers de la société n’est plus une stratégie acceptable aujourd’hui : elle accentue les inégalités sociales, génère des lignes de rupture durables entre les citoyens, érode dangereusement les liens sociaux et dégrade la santé mentale de l’ensemble de la population. Cette politique arbitraire appliquée sans débat public, à coups d’arrêtés ministériels, sans concertation, sans limitation dans le temps, doit cesser. Nous ne demandons pas au gouvernement un “assouplissement”, car ce concept en trompe-l’oeil légitime cette gestion de crise à deux vitesses que nous dénonçons. Nous demandons un “rééquilibrage” des mesures, dans une optique réellement solidaire. Les mots ont leur importance et nous ne voulons plus être piégés par la sémantique.” Still Standing for Culture.