Ciné-rencontre : La mère – séance en ligne

RESERVATION & ACCES DIRECT:
DIMANCHE 31.01 – 16:30

Séance en ligne suivie d’une conversation avec Pascal-Alex Vincent, réalisateur et spécialiste du cinéma japonais dans le cadre des Cinglés du Cinéma (Argenteuil).
 
En continuité de L’heure d’été In & Outdoor Film Festival : Tokyo (2017).
L’heure d’été fêtera son 10e anniversaire à l’été 2021 ! Il y a quelques années, plus de 40 films ont été projetés dans le cadre de l’édition de Tokyo. “Tokyo story”, de Yasujiro Ozu, vous a fait découvrir le Shōshimin-eiga, un genre de films japonais réalistes qui se concentrent sur la vie familiale de la classe moyenne japonaise entre 1930 et 1960. Ce sujet sera approfondi ce dimanche après-midi, avec la projection spéciale en ligne de La Mère de Mikio Naruse, scénarisé en collaboration avec l’une des plus grandes scénaristes japonaises de l’histoire du cinéma : Yōko Mizuki.
 
Synopsis
Masako Takahara tient une modeste blanchisserie en périphérie de Tokyo. La vie est dure, et les dégâts de la guerre se font encore sentir. Mais Toshiko, sa fille ainée, est pleine de gaité et d’espoir. Et les moments de joie ne manquent pas : on sort au parc, on va au ci- néma, on chante… Hélas, l’adversité est parfois très forte, et il est difficile de se nourrir ou de se soigner. Si la vie s’effondre peu à peu autour d’elle, Masako reste une mère de famille vaillante, toujours debout et souriante dans la tourmente.
 
En plus…
La Mère (1952) a longtemps bénéficié de deux statuts : celui d’unique film de Mikio Naruse visible en Europe mais aussi, tout simplement, celui d’un des rares films japonais que l’on connaissait en France. Au début des années 50, seuls trois longs métrages venus de l’archipel étaient exploités dans nos salles : Rashomon, La Porte de l’Enfer et La Mère, ce dernier représentant la seule occasion pour les cinéphiles français de découvrir le Japon d’après-guerre sur grand écran. La sortie du film à Noël 1954 constitua la révélation d’un auteur dont on ne soupçonnait pas encore le statut au Japon. La rétrospective proposée par le Festival de Locarno en 1983 puis la diffusion de Nuages flottants (sorti en 1984 en France), et enfin la distribution commerciale d’une poignée de titres dans les années 90 allaient bel et bien placer Mikio Naruse dans le panthéon des grands auteurs japonais de l’âge d’or des studios. Retrouver La Mère aujourd’hui, plus de 60 ans après sa sortie française, est un événement.
 
Titre original : Okaasan
Pays : Japon
Année : 1952
Durée : 1h37 Sous-titres français
 
A voir sur la plateforme en ligne La Vingt-Cinquième Heure
Choisissez la séance du Cinema Galeries pour nous supporter!
Tarif unique : 3,5 euros