« MITHLY » – AUDIOVISUAL INSTALLATION – PINK SCREENS

Audiovisual installation
L’exposition principale du Pink Screens se déroule au cinéma NOVA (Vidéos / performances / illustrations / photographies …). Dans le cadre de l’exposition du Pink Screens 2020 est rattaché le travail de Julian Volz au Cinema Galeries.

@Cinema Galeries:
Installation vidéo (MITHLY) par Julian Volz.
14:00 > 20:00 – 12.11 > 21.11 – Gratuit sans réservation

@Cinéma NOVA:
Aubane Berthommé Martinez (vidéo)
Marie Casaÿs (illustration)
Jean Fürst (photographie)
Egon Ghestem (collage)
Tina Kaden (illustration)
Marc Martin (photographie)
Vincent Puren (arts graphiques)
Babou Sanchez (installation)
Sdsavages (arts graphiques)
The Spears Against Capitalism (vidéo)
Rafaël Voets (peinture)
Zeste le reste (édition)
Performances
Bloody Jacqueline
Just P


MITHLY

Une installation de recherche audio-visuelle de Julian Volz avec Mohamad Abdouni, Antoine Idier, Abdellah Taïa, Alireza Sojaian & Akram Zaatari @Cinema Galeries

« Le monde arabe, jusqu’au début du xxe siècle, a été associé à l’homo-érotisme masculin comme aucune autre région ne l’a été dans l’imaginaire européen. Des intellectuels comme André Gide et Oscar Wilde, par leurs écrits et leurs voyages, ont participé à faire de « l’Orient » un lieu de désir gay. Mais si ces imaginaires résonnent encore, le monde arabe est aujourd’hui reconnu comme profondément homophobe. Nous retrouvons peu de témoignages des luttes homosexuelles pour l’émancipation, et de l’expression d’une culture queer vivante, parfois vécue ouvertement, parfois étouffée. Car ces luttes font face à l’ostracisme et à la criminalisation du désir homosexuel, initiés par les pouvoirs coloniaux puis promus par les mouvements islamistes.

Quelles sont alors les pratiques culturelles développées aujourd’hui par les personnes queer dans les sociétés arabes ? Comment se fait-il que l’Orient, considéré comme sexualisé, lascif, décadent et féminisant à une époque où un régime sexuel répressif prévalait encore en Europe, est aujourd’hui perçu comme prude, patriarcal, viril et arriéré ? Et comment pourrait se créer une culture queer qui entend insister sur la libération universelle des structures hétéro-patriarcales, sans toutefois se reposer sur les stratégies développées dans les sociétés occidentales ?

L’installation vidéo Mithly se voit comme une manière de répondre à ces questions. D’une part, elle traite des fantasmes orientalistes sur l’homosexualité, et analyse le rôle du désir homosexuel dans la construction de deux espaces culturels ordonnés hiérarchiquement et supposément incommensurables. D’autre part, elle donne de nouvelles perspectives sur les positions d’artistes locaux, qui répondent aux approches orientalistes par leur propre pratique visuelle queer. »

Caméra, Son, Montage: Yann Ducreux